Pour le plaisir d'apprendre et de découvrir...

Vendredi FOU - Jusqu'à 60% de rabais



Terre et mer…


Saison des sucres
Saison des sucres

Le printemps est arrivé… en théorie du moins. Hier, il a franchi le pas de la porte symbolique entre lui et l'hiver. Un seuil bien mince si vous voulez mon avis, mais qu'à cela ne tienne, nous pouvons répéter joyeusement et sans nous tromper que le printemps est là. Juste le fait de prononcer ces mots nous fait du bien. Allez! Essayez pour voir, c'est euphorisant, particulièrement par un beau soleil et un ciel bleu, mur à mur!

Et qu'est-ce qui se profile à l'horizon en même temps que le printemps? Certaines espèces d'oiseaux reviennent gazouiller, égayant nos réveils. Peu à peu, nous verrons apparaître des bourgeons aux branches des arbres et quelques braves fleurs perceront les fines couches de neige restantes. Des rivières se retrouveront dangereusement gonflées par les pluies qui finiront de nettoyer les derniers vestiges de l'hiver. Oui, tout ça relève de l'arrivée du printemps…

Toutefois, aujourd'hui, j'ai plutôt décidé de vous parler de la forêt et de la mer…
De la forêt, parce que qui dit printemps, dit aussi Temps des sucres. Les acériculteurs sont à pied d'œuvre pour entailler les érables, en récolter l'eau qu'ils font ensuite bouillir encore et encore pour la transformer en sirop, en tire, en sucre et en différents autres produits d'érable. Les cabanes à sucre s'animent peu à peu au rythme des joyeux repas qui s'y tiennent. Au printemps, les érablières sont pleines de vie! Pour moi, cette période de l'année est un pur bonheur, car le sirop d'érable, ce merveilleux produit de notre terroir, fait partie de mon ADN, j'en ai acquis la certitude au fil des ans!

De la mer, parce qu'au printemps, lorsque les crabiers sont mis à l'eau, les glaces dérivent encore sur le fleuve, les pêcheurs s'agitent, les bateaux tanguent, les mains s'engourdissent et les sourires se dessinent sur les visages. Le Saint-Laurent se fait généreux…
Dans le Bas-du-Fleuve, lorsqu'on apprend que les crabiers sortent en mer sous peu, une fébrilité s'installe. Les gens espèrent que la pêche sera bonne, ils sont impatients de s'en délecter. D'ailleurs, depuis que ma famille et moi avons découvert le crabe, à notre arrivée à Rimouski en 1966, ce succulent crustacé a remplacé le traditionnel jambon pour notre souper pascal. Aucun regret!

À vrai dire, peu importe ce à quoi nous associons l'arrivée du printemps, il faut nous rendre à l'évidence : cette saison est synonyme de vie… Savourons-la, avec tous nos sens!

Céline Thibault
Chroniqueuse

Des toupies qui font tourner les têtes...

Tire sur la neige
Tire sur la neige

Cage remplie de crabes
Cage remplie de crabes










Merci à nos partenaires

Langevin et Forest, Les connaisseurs de bois



Lee Valley
Partenaire officiel des Rendez-vous des passionnés



Outils Viel



Slic



Défi Polyterck



ATBQ




Recherche par thème