Pour le plaisir d'apprendre et de découvrir...
En juillet choisissez votre chèque-cadeau
En juillet choisissez votre chèque-cadeau



Petite histoire d'un célèbre navire…


Peinture du célèbre clipper trois-mâts carrés
Peinture du célèbre clipper trois-mâts carrés

Sculpture qui orne la proue du « Marco Polo »
Sculpture qui orne la proue du « Marco Polo », un des plus célèbres navires de Saint-Jean
(Musée du Nouveau-Brunswick).

Artefact - Marco Polo
Artefact - Marco Polo
© Musée du Nouveau-Brunswick

Le Marco Polo Yarmouth County Museum, Nouvelle-Écosse
Le Marco Polo
Yarmouth County Museum, Nouvelle-Écosse

Si je vous demandais, à brûle-pourpoint, quel célèbre bateau a été construit en 1851 à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, que répondriez-vous? Un indice peut-être pour vous mettre sur la piste? Ce navire doit son nom à un explorateur italien. Oui! Il s'agit bel et bien du Marco Polo.

C'est lors d'une visite à Saint-Jean, pendant le long weekend de la fête du Travail, que j'ai appris les origines canadiennes de ce clipper trois-mâts et j'ai eu envie de vous partager quelques renseignements très intéressants à son propos. Alors… à l'abordage!

Comme les navires de l'époque, le Marco Polo était entièrement fait de bois. Le chêne et le pin blanc étaient les deux essences les plus utilisées dans la construction navale nord-américaine. Le Marco Polo illustrait bien l'effort des constructeurs du Nouveau-Brunswick pour mettre à profit les ressources locales. En effet, selon un rapport d'inspection daté de 1852, sa membrure était fabriquée de mélèze et de bouleau noir, l'étrave et l'étambot, de chêne alors que la carlingue était en pin.

Le Marco Polo, une des gloires de la construction navale canadienne, jaugeait 1 625 tonnes et en imposait par sa grande taille (57 mètres). Pendant un certain temps, il est reconnu comme le bateau le plus rapide du monde. À titre d'exemple, à l'été de 1851, le Marco Polo navigue de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick à Liverpool en Angleterre, avec une cargaison de bois en 15 jours seulement. Un record!

D'abord destiné au transport du bois, le Marco Polo est ensuite transformé en navire de passagers. Il servira notamment au transport des émigrants vers l'Australie au début de la période de la ruée vers l'or. Plusieurs allers-retours entre le Canada et la Grande-Bretagne puis entre la Grande-Bretagne et l'Australie ont marqué sa carrière en quelque sorte. Le Marco Polo a reçu plus d'éloges que les autres navires fabriqués par le même constructeur, James Smith, et plus que tout autre navire à voiles construit au Canada au XIXe siècle. Ce n'est pas peu dire…

Et comme toute histoire connaît une fin, celle du Marco Polo ne fait pas exception. Après avoir parcouru les plus grandes routes océaniques du globe pendant 30 ans, le Marco Polo s'est échoué sur les côtes de l'Île-du-Prince-Édouard en 1883. À mon grand étonnement, j'ai appris que les vestiges de l'épave reposent toujours au large de la réputée plage de Cavendish et qu'elles ont été localisées avec précision.

Pour ceux et celles qui voudraient en savoir davantage sur l'histoire de la construction navale dans les Maritimes au 19e siècle, sachez que le Musée du Nouveau-Brunswick, en collaboration avec Parcs Canada, présente l'exposition Vent, bois et voiles …  Projet pour de prochaines vacances, peut-être?

Céline Thibault
Chroniqueuse










Merci à nos partenaires

Langevin et Forest, Les connaisseurs de bois



Lee Valley
Partenaire officiel des Rendez-vous des passionnés



Outils Viel



Teintures et calfeutrants St-Tite



Slic



Académie du meuble



ATBQ