Grand débrouillage
Accès GRATUIT à tous nos cours en ligne!
Grand débrouillage
Accès GRATUIT à tous nos cours en ligne!
Pour le plaisir d'apprendre et de découvrir...
Grand débrouillage
Accès GRATUIT à tous nos cours en ligne!
Grand débrouillage
Accès GRATUIT à tous nos cours en ligne!



Ici maintenant… demain peut-être!


Ici maintenant… demain peut-être!

Vous avez remarqué toutes ces journées dédiées à un thème précis qui ponctuent une année? Il y a, entre autres, la Journée mondiale de la Paix, celle des câlins; la Journée mondiale sans téléphone mobile, celle consacrée au scoutisme ou encore la Journée internationale des maladies rares. On passe de la journée internationale du nutella à celle de l'autisme ou de l'allaitement. Curieuse, j'ai cherché l'origine de cette réalité.

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que c'est à la suite d'une résolution en bonne et due forme de l'Organisation des Nations Unies qu'on célèbre, à un niveau international ou mondial, des journées, des semaines et même des décennies portant sur des causes particulières. Cette initiative a vu le jour en 1950 avec l'instauration de la Journée mondiale des droits de l'homme, rien de moins.

J'ai aussi retenu que l'évolution de la société et ses nouveaux enjeux viennent enrichir ce calendrier déjà très bien garni. Ainsi, le 25 mars dernier, j'entendais parler pour la première fois de la Journée mondiale de la procrastination lancée en 2010 par David d'Équainville. Je me suis tout de suite sentie interpellée parce que… Oui! Je fais partie de ces gens qui remettent… à demain, à la semaine prochaine ou carrément, à plus tard.

J'ai donc écouté avec intérêt la personne-ressource interviewée sur le sujet. Moi qui ai toujours vu cette habitude comme un défaut et qui regrette amèrement qu'elle fasse partie du bagage héréditaire de mes enfants, je fus surprise à bien des égards. La procrastination, ce n'est ni tout noir ni entièrement blanc… le spectre des gris est large et intéressant.

Évidemment, le sujet est complexe et les personnes qui procrastinent ne le font pas toutes pour les mêmes raisons. Certaines ne savent même pas pourquoi elles ont cette manie, convaincues qu'elles sont tout simplement nées « comme ça ».

Voici ce que, personnellement, j'ai retenu...

Plusieurs individus procrastinent parce que la tâche à effectuer leur pèse ou ne leur procure pas de satisfaction immédiate. Ils s'occuperont plutôt à d'autres activités n'ayant aucun lien avec ce qu'ils ont mis de côté. Hum! Combien de fois ai-je reporté le moment de corriger une pile d'examens! Je pourrais m'en confesser…

Certains seront facilement distraits… par une console de jeux, une tablette électronique, etc. Bref, la technologie peut nous aider à être plus efficaces professionnellement… ou pas! Parfois, des personnes attendront à la dernière minute pour agir parce que le stress les stimule et c'est alors qu'elles performent le mieux, au grand dam de leurs collègues! À chacun ses justifications!

J'ai aussi appris que la procrastination peut être positive et constituer une espèce de bouée de sauvetage pour qui ne sait pas s'accorder des moments de répit. Quand on sollicite constamment son cerveau et qu'on néglige de lui accorder des pauses, c'est normal qu'à un certain moment on décroche et se dise : ça ira à plus tard! « Il faut savoir remettre au lendemain ce qu'il est impossible de faire dans le présent. » - Sylvie Alric

Sur ce, je vous souhaite une très joyeuse fête de Pâques…


Céline Thibault
Chroniqueuse



Des toupies qui font tourner les têtes...
Ici maintenant… demain peut-être!










Merci à nos partenaires

Langevin et Forest, Les connaisseurs de bois



Lee Valley
Partenaire officiel des Rendez-vous des passionnés



Outils Viel



Slic



Défi Polyterck



ATBQ